“Notre vie était faite de petits bonheurs quotidiens simples, parmi lesquels la table occupait une grande place, tant par les plaisirs gustatifs que par la convivialité qu’elle offrait. Ces plats, puisés à toutes les cultures nous procurait à tous autant de plaisir, et ils font aujourd’hui partie de mon panthéon gourmand.
Même si notre tradition familiale n’était pas pleinement orthodoxes en raison de l’absence de la dimension religieuse, elle fait pleinement partie de la culture populaire et du patrimoine culinaire de cette petite communauté des juifs de Tunisie.
Tout comme notre langue était faite de nombreux emprunts et mélangeait allègrement le français avec des mots et des expressions arabes, italiens ... Cette généreuse et goûteuse cuisine judéo-arabe tunisienne, qui résulte d’influences multiples - le simple nom des plats évoqués plus haut en témoigne -, est une belle expression du métissage des traditions culinaires méditerranéennes et mêle délicieusement parfums d’Orient et saveurs d’Occident.
Siciliens, Italiens, Arabes tunisiens, Français, pieds-noirs, ou encore juifs, musulmans, catholiques, nous vivions ensemble, mangions, dormions les uns chez les autres, participions tous aux fêtes des autres. C’était un éveil, une sensibilisation quotidienne à la différence.
De quelle meilleure école du respect peut-on rêver ?”

Cuisine de là-bas